KMag
 

KMag | le magazine québécois de la course à pied, jogging et marathon

mec boutique
h20 abitibi
canada running marathon

logo Sur le terrain

février 2017


20 février 2017
Grand Prix d'athlétisme de Montréal

Montréal - Les victoires de Crystal Emmanuel au 60 mètres féminin et Charles Philibert-Thiboutot à la poursuite de 1200 mètres ont été certes les meilleurs moments pour les athlètes canadiens samedi soir au Grand Prix d'athlétisme en salle de Montréal.

Philibert-Thiboutot, une semaine après son record du Québec au Mile à New York, a remporté une épreuve inusité, la poursuite de 1200 mètres, en 2 min, 52,08. Après les trois premiers tours où le champion olympique du 400 mètres Jeremy Wariner, de Dallas, Texas, s'était porté en tête, Philibert-Thiboutot et l'Américain Drew Windle ont mené la cadence.

Au dernier tour de piste, le Québécois était fin seul pour encaisser la bourse de 1600$ au vainqueur.

En finale du 60 mètres féminin, la Canadienne Crystal Emmanuel, membre de l'équipe olympique, s'est d'abord affirmée en qualifications avec le temps le plus rapide, en 7.24 sec, son meilleur temps de la saison 2017. La sprinteuse torontoise a récidivé en finale avec le même chrono pour remporter une belle victoire devant l'AméricaineTawanna Meadows (7.33).

La jeune sensation québécoise Tatiana Aholou, 16 ans, du club d'athlétisme Dynamique de Laval, a été la plus rapide du 60 mètres national et accédait ainsi à la finale internationale avec un chrono de 7.50 sec. Aholou a très bien paru en finale, terminant au 4e rang avec un très bon temps de 7.51 sec.

La vice-championne canadienne du 800 mètres Annie Leblanc, de Repentigny, s'est fort bien débrouillée, terminant au 3ème rang de la poursuite au Mille, remportée par la torontoise Sasha Gollish en 4:40.19. Leblanc a franchi la distance en 4:41.19, devancée tout juste par l'Américaine Alexa Efraimson.

Les sprinters américains qui ont laissé une solide empreinte sur la compétition au Complexe Claude-Robillard. Après une qualification très rapide au 60 mètres messieurs, Desmond Lawrence, de Durham, Caroline du Nord, a dominé la finale en 6.59 sec, un record personnel qui le situe au 18e rang mondial pour la saison 2017.

Lawrence a profité d'un excellent départ et franchissait le fil d'arrivée devant ses compatriotes Clayton Vaughn (6.65) et Tevin Hester (6.65). Le sprinter canadien Hakeem Haynes, médaillé olympique du relais 4 x 100 mètres à Rio, a pris le 8ème et dernier rang en 6.78 sec.

Les soeurs jumelles Jade et Kaila Barber, originaires de l'Ohio, ont dominé la finale internationale du 60 mètres haies, affichant des performances respectives de 8.14  et 8.21 sec. 

Le Grand Prix d’athlétisme de Montréal est la compétition d’athlétisme en salle la plus importante du Canada, avec plus de 15 olympiens de 10 pays luttant pour des bourses totalisant plus de 30 000 $

 

Source: Laurent Godbout, Fédération québécoise d'athlétisme
Crédit photo: Yves Longpré

 

août 2016


28 août 2016
Le métier de lapin

Un lapin est un meneur d'allure. Il a la tâche de maintenir une cadence précise pour réaliser un chrono précis. Lors du Marathon Lévis-Québec SSQ, j'ai eu cette opportunité à la suite d'un désistement. C'était une première! J'ai constaté avec étonnement à quel point les coureurs qui décident de me suivre remettent en quelque sorte leurs vies entre mes mains. Ils écoutent, obéissent et calquent mes gestes. Je tiens le pace, car de toute évidence, personne d'autre ne le fera à ma place. Mais c'est ma job et je la fais non sans stress car je désire ardemment mener tous ces coureurs autour de moi à bon port. Imagine si je cours trop vite et nuis par le fait même à un record personnel ; ou pire, si je n'entre pas dans le chrono chéri et prive tout ce beau monde d'un temps précis. Ils croient en moi, ça se sent! 

Au fil des kilomètres, je multiplie les encouragements et les conseils. On bouge les bras, on attaque la montée doucement, on boit une gorgée, etc. Malgré l'allure en deça de mes habituelles capacités, les 42,2 passent vite et le groupe, un peu éclaté, se retrouve sur le boulevard Champlain. Jacinthe, Louise, Monica tiennent le coup. Jean-François, le couple de Français, l'autre dame de Grenoble, le Parisien au sac à dos, Mike, l'Américain bavard, tous sont quelque part derrière nous. Je me sens mal qu'ils n'aient pas suivi...On est à la guerre et on perd des joueurs... Devrais-je les attendre ? Mais mon engagement de lapin, lui ? 

La marque du dernier kilomètre est en vue...Le tous pour un disparaît, c'est chacun pour soi. Louise file devant. Jacinthe reste à mes côtés et prendra au final quelques mètres. Je demeure avec une Américaine, repêchée dans les derniers kilomètres, que j'encourage jusqu'à la fin. Bravo ! Bravo ! On me remercie, on me selfie, on m'enlace!

Merci à vous pour cette belle expérience ! Un must-do pour tous coureurs d'élite!

21 août 2016
Des trombes d'eau

Le temps exécrable a eu raison de plusieurs participants – 2457 au total – et de nombreux accompagnateurs lors de la 5e édition du Ironman Mont-Tremblant. N'empêche la ferveur était encore au rendez-vous. Chez les hommes, l'Américain Chris Leiferman qui courait la distance Ironman pour la première fois l'a emporté (8 h 24 min 59 s) en réussissant un excellent chrono (2 h 45 min) au marathon qui lui a permis de combler son retard accumulé lors de la portion vélo. Le Québécois Pierre-Marc Doyon a réussi tout un exploit en terminant 7e devant plusieurs athlètes professionnels avec un temps cumulatif de 9 h 1 min. Chez les femmes, la reine de Tremblant, l'Américaine Mary Beth Ellis, a remporté l'épreuve (9 h 26 min 37 s) pour la troisième fois au cours des quatre dernières années mais elle a beaucoup souffert. La Québécoise Caroline St-Pierre a été la meilleure canadienne avec une 6e position (10 h 07 min 47 s). L'hypothermie était malheureusement un mot à la mode au terme de cette journée extrêmement difficile.

8 août 2016
Spectaculaire triathlon de Montréal

La vue est imprenable. De la ligne d'arrivée, sur le site du quai Jacques-Cartier, la ville apparaît sous ses plus beaux atours. Aucun cône en vue sauf ceux nécessaires au bon déroulement de la course ! Les organisateurs ont gagné leur pari. La réaction des athlètes et des responsables de l'international Triathlon Union (ITU) est unanime. Super organisation et très beau parcours. L'événement sera de retour en 2017. Le Canadien Matthew Sharpe a réussi un coup de maître en décrochant la deuxième position, un premier podium lors d'une épreuve de la Coupe du monde ITU. "C'est énorme pour moi de pouvoir accomplir cela au Canada" a reconnu le Britanno-Colombien. Chez les femmes, Paula Findlay d'Edmonton a été la meilleure avec une 10e place. "Je ne suis pas encore tout à fait là où j'étais il y a cinq ans mais je bâtis tranquillement ma confiance". La gagnante, Flora Duffy, originaire des Bermudes, sera à surveiller lors des JO.

juin 2016


12 juin 2016
Un trip à trois

La base de plein air de Sainte-Foy a pris des allures athlétiques le samedi 11 juin alors que s'y tenait le triathlon de Québec. Parmi les épreuves offertes, j'ai décidé de prendre part au triathlon sprint en équipe. Depuis janvier dernier que mon frère s'entraînait à la natation, il fallait donc lui lancer un défi afin de valider de quel bois il se chauffait. Mon copain a fait le vélo, lui qui revient de deux semaines cyclistes en Arizona et Nevada. Je me suis donc occupée de la course à pied ; un p'tit 5 km bien accoté dans le rouge ! 

Nous avons eu un fun noir ! J'ai renoué avec un sport que j'avais mis aux oubliettes depuis quelques années. Mais je crois que je vais y revenir... L'organisation était impeccable et le site hyper convivial pour nous mais surtout pour nos supporteurs qui pouvaient à plusieurs occasions nous voir en action. 

Un rendez-vous à ne pas manquer ! Un défi à faire à trois ou en solo! 

(M.P.)