Présenté par La Course de l'Armée du Canada
Actualités

La Course de l’Armée du Canada

Vous voulez relever un défi tout en faisant une différence pour la communauté militaire canadienne? Ne cherchez pas plus loin, inscrivez-vous à la Course de l’Armée du Canada de 2024, présentée par BMO.

Gérer sa respiration

  • Shutterstock

Respirer, c’est si simple : on inspire et on expire. Vous pensez peut-être qu’il serait avantageux de contrôler votre respiration pour courir plus vite ? Vous faites erreur. Il a été établi que contrôler sa respiration augmente le coût énergétique de la course.

La ventilation est un complexe système en boucle qui s’orchestre instinctivement au niveau du tronc cérébral pour coordonner les muscles inspiratoires – le diaphragme et les intercostaux. Contrôler sa respiration reste possible à basse vitesse, mais vient un moment où le besoin en oxygène dicte la ventilation, et il s’avère plus efficace de compter sur son organisme pour choisir la fréquence respiratoire adéquate et la profondeur des inspirations et expirations. Faisons confiance à ce pilote automatique. Par ailleurs, contrôler le rythme de course et adopter une bonne posture – tronc allongé avec mouvement des bras de chaque côté – sont de meilleures stratégies pour gérer la respiration.

Le test de la parole a été démontré comme étant un excellent indice pour identifier l’intensité de course.

 

Un léger essoufflement au début d’un entrainement est normal. Comme n’importe quel muscle, les muscles inspiratoires ont besoin d’un peu de temps pour s’ajuster à l’effort. Si, après deux minutes, la fréquence respiratoire reste élevée, on est possiblement parti trop rapidement. Il faut ralentir le rythme.

Soulignons que, pour une même vitesse, une amélioration de la condition physique influencera la respiration : la fréquence respiratoire diminuera, signe d’une meilleure forme.

 

Idée lumineuse

L’hiver, entamez vos parcours de type aller-retour avec le vent de face. Comme vos vêtements sont secs au début, le facteur éolien aura moins d’effet sur votre performance. En outre, pour revenir, le vent de dos facilitera légèrement votre effort.

Vrai / Faux

En hiver, votre nez coule et votre gorge est sèche quand vous courez. Ça y est, la grippe ou le rhume vous guette.

FAUX. Par temps froid, l’air s’assèche. Cela explique ces deux réactions de vos voies respiratoires. Quelques astuces : respirez à la fois par la bouche et le nez (celui-ci humidifie davantage l’air) et/ou optez pour un cache-cou qui couvrira votre bouche (il conservera un peu de vapeur d’eau de vos expirations, ce qui diminuera la sensation de gorge sèche). Vous devriez aussi commencer l’entrainement plus progressivement qu’en été.

Pour apprendre davantage sur la course à pied, abonnez-vous à KMag dès maintenant et ne manquez aucune chronique sur le sujet.

François Lecot est un kinésiologue accrédité par la Fédération des kinésiologues du Québec et un entraineur certifié par le Programme national de certification des entraineurs.