Présenté par La Course de l'Armée du Canada
Actualités

La Course de l’Armée du Canada

Vous voulez relever un défi tout en faisant une différence pour la communauté militaire canadienne? Ne cherchez pas plus loin, inscrivez-vous à la Course de l’Armée du Canada de 2024, présentée par BMO.

Spectaculaire Saint-André

Au pays du Kamouraska, les aboiteaux désignent les digues qui empêchent les grandes marées de submerger villages et terres agricoles. C’est à Saint-André-de-Kamouraska qu’est érigé le plus imposant aboiteau des parages. Long de 6 km, il protège la moitié du littoral de cette municipalité, du parc de l’Ancien-Quai jusqu’au camping de la Sebka (Société d’écologie de la batture du Kamouraska).

La beauté de cette infrastructure de génie civil est qu’elle remplit une deuxième fonction en servant également de piste récréative. Du haut de cette digue, on est au meilleur endroit pour humer l’air salin, profiter du rafraîchissement apporté par le fleuve, contempler les battures et la faune aviaire, et admirer l’horizon, les îles Les Pèlerins étant à l’avant-plan et les montagnes de Charlevoix en arrière-plan.

C’est aussi en foulant la piste que se dévoilent les monadnocks des terres du Kamouraska, ces collines d’un roc si dur qu’elles ont résisté au passage des glaciers. Marquant le paysage, elles sont typiques de la géographie du Bas-Saint-Laurent.

La sortie de course débute en se garant au parc de l’Ancien-Quai, en plein cœur du village. On enfile ses chaussures, on s’échauffe, puis on part en direction ouest. Cette piste surélevée, bordée d’églantiers, trace la frontière entre les battures et la zone habitée . Au nord, c’est le grand bleu. Au sud, les maisons ancestrales et l’église. On a l’impression de survoler le paysage.

Le parcours est sans dénivelé, mais cela ne veut pas dire de tout repos. Le sol est raboteux par endroits, et des racines émergent à travers les portions gazonnées. Les chutes ne sont pas à exclure pour l’avaleur de kilomètres un peu trop enthousiasmé par le décor environnant et oubliant le reste. J’en sais quelque chose : j’ai vu le sol de très près…

Tout juste quand on commence à en avoir marre, du plat, une belle occasion se présente aux coureurs : le sentier de l’Aboiteau connecte avec le secteur de l’Amphithéâtre, où se trouve une magnifique boucle de quelque 3 km qui grimpe sur un monadnock, donnant de nouvelles perspectives sur l’estuaire et la mosaïque de champs du doux pays de Kamouraska.

Ce sentier, géré par la Sebka, possède une énorme concentration de points de vue sur un fort petit kilométrage. Les pauses hydratation deviennent prétextes à la contemplation. Sur les hauteurs, la végétation se fait unique en raison d’un sol perpétuellement sec.
La sortie se conclut par une halte ravitaillement à la microbrasserie Tête d’allumette, institution locale qui fabrique ses bières selon une méthode ancestrale.

EN BREF

  • Longueur : 10 km aller-retour
  • Dénivelé positif : 205 m
  • Accès : parc de l’Ancien-Quai

À APPRÉCIER

  • Les marais salés de l’estuaire du Saint-Laurent
  • Le panorama composé du fleuve, de l’archipel des Pèlerins et des diverses montagnes de Charlevoix au loin
  • L’exploration d’un monadnock
  • L’après-course à la microbrasserie Tête d’allumette

À NOTER

  • Ouverture à l’année
  • Accès gratuit au sentier de l’Aboiteau, accès payant au secteur de l’Amphithéâtre (3 $/jour)
  • Chiens interdits au secteur de l’Amphithéâtre