Trois destinations sentiers

  • WWW.PLAYNSHOOT.COM

Alors que le déconfinement du Québec s’effectue doucement, KMag vous propose un retour sur le reportage de Annie Létourneau publié dans le numéro Automne 2017. Toujours d’actualité même quelques années plus tard, elle y présente trois secrets bien gardés qu’il faut absolument partager.

« Découvrir LE plus beau sentier de course, c’est la quête du Graal des coureurs en sentiers. Je vous révèle trois bijoux de pures single tracks. Amusez-vous à jouer les explorateurs ! » – Annie

 

1. SENTIER DU LAC KÉNOGAMI

Le sentier du lac Kénogami, dans la région Saguenay–Lac-Saint-Jean, est un véritable bijou du circuit trail. Long de 39,6 km, il s’échelonne de la municipalité d’Hébertville, depuis le sommet du mont du Lac Vert, jusqu’à Laterrière, un secteur de Saguenay. Jouxtant la rive sud du lac, il constitue un vaste terrain de jeu sauvage, présentant une combinaison parfaite de paysages à couper le souffle et de sentiers techniques à 90 % single tracks. De quoi vous en mettre plein la vue et les jambes !

La totale. Parce qu’il est plus facilement accessible à partir d’Hébertville, parcourez tout le sentier du lac Kénogami d’ouest en est et appréciez son dénivelé positif de 1950 m. Le terrain aux nombreuses roches et racines saillantes est sinueux et vallonné. À elles seules, les sensationnelles traversées du pont suspendu de la rivière Cyriac et par nacelle de la rivière Pikauba valent le détour. Prévoir deux voitures et un minimum de six heures dans le cas de coureurs expérimentés sur longues distances. Aller de 39,6 km.

Le secteur de la rivière Cyriac. Au départ de Laterrière, à l’est, belle montée dès le premier kilomètre. Le terrain, dans cette partie la plus technique du sentier, représente un bon défi et donne peu de possibilités de relances. Soyez dans le moment présent, vous n’aurez pas le temps de rêvasser ! Les spectaculaires percées visuelles sur le lac, entre les kilomètres 34 et 35, vous captiveront au point d’interrompre votre course. À la rivière Cyriac, revenez sur vos pas. Accès au stationnement par le kilomètre 221,5 sur la route 175. Prévoir environ 1 km de marche avant d’atteindre l’entrée du sentier. Aller-retour de 13 km.

Le secteur de la digue Ouiqui. Au départ du stationnement de ce secteur, une grimpette de 2 km dans un chemin de quad donne accès au sentier du lac Kénogami, sur votre gauche, un peu après le kilomètre 7. Ne manquez pas de faire halte au cap à l’Aigle, 1½ km plus loin, qui jouit d’un magnifique panorama qui récompensera vos efforts. Facile d’accès et roulante, cette portion du sentier est idéale pour une sortie découverte. Aller-retour d’environ 7 km.

Le Mont Lac-Vert. Bien qu’il faille partager le terrain avec les vélos, la station de ski du Mont Lac-Vert,dispose d’un réseau de sentiers de niveaux familial à expert qui couvre toute la montagne. La variété est au rendez-vous, et les sentiers sportifs et amusants plairont aux débutants comme aux plus expérimentés. Au total, 13 km.

2. MASSIF DES FALAISES

Les sentiers tracés par le mythique skieur de fond Jackrabbit, Herman Smith-Johannsen, vous feront découvrir deux petits trésors cachés à moins de 45 minutes au nord de Montréal : la réserve naturelle Alfred-Kelly, à Piedmont et Prévost, et la réserve naturelle du Parc-des-Falaises, à Saint-Hippolyte. Action citoyenne, la Pandora 24, un défi de course en sentiers, s’y tient chaque année et permet d’amasser les fonds nécessaires à l’acquisition de terrains supplémentaires contribuant à la sauvegarde de ce territoire. Depuis trois ans, au-delà de 121 acres ont été annexées aux réserves grâce aux coureurs ! Allez courir les boucles qui servent de parcours à l’événement ou passez par les lieux d’où admirer le décor : le plaisir est garanti, et c’est juste à côté !

Le parcours de la Mini Pandora. En vous stationnant à la gare, rue de la Station, à Prévost, vous accéderez au sentier principal, MOC. Des escaliers de roche vous hisseront jusqu’au lac du Paradis, d’où la vue sur les falaises vous contraindra à une pause bien méritée. En prenant à droite, contournez le lac en sens antihoraire afin de mieux contempler le paysage et revenez à votre point de départ. Corridor technique comportant de nombreuses roches et racines. Un dénivelé positif de 180 m. Boucle de 3,5 km.

Les belvédères. Vous en voulez encore ? Au lieu de faire le tour du lac, gardez toujours la droite sur le MOC et rendez-vous au premier belvédère, moyennant 3 km de grimpe. De là, vous aurez la possibilité de poursuivre vers le deuxième belvédère d’où vous serez surpris d’apercevoir, par temps clair, Montréal, et même les monts Saint-Bruno et Saint-Hilaire. Aller-retour d’environ 7 km.

Le parcours de la Pandora. Besoin d’une longue sortie ? Après le premier belvédère, continuez plutôt l’ascension jusqu’au croisement du Wizard (WZ). Celui-ci vous conduira au ruisseau, à l’extrême nord de la boucle, d’où vous pourrez reprendre le MOC vers le sud. Ce sentier de quad aboutit sur le WN, une palpitante descente technique dans le lit d’un torrent printanier. Vous serez heureux d’atterrir sur le Johannssen Est (JE) qui vous fera rejoindre à nouveau le MOC, chemin du retour vers le lac du Paradis et le stationnement. Saisissez l’occasion d’apprécier les nombreuses plantes rares qui poussent à l’abri des falaises et de tenter d’apercevoir la famille de faucons pèlerins réintroduite grâce aux mesures de conservation. Boucle de 10 km.

3. PARC RÉCRÉO

Les diablotins de sentiers sont nombreux au parc récréoforestier Saint-Mathieu, à Saint-Mathieu-du-Parc. Au cœur de la forêt mauricienne, vos pas fouleront des sites enchanteurs aux appellations diaboliques. Les paysages d’automne, plus grands que nature, vous feront vite réaliser qu’il n’y a rien d’effrayant au pays des contes et légendes de Fred Pellerin et Bryan Perro. Oserez-vous tenter le diable ?

Les petites boucles. À partir du stationnement, rendez-vous à l’intersection S où deux options se présentent à vous : vous diriger à votre gauche sur l’ancienne piste cyclable où un sentier en poussière de pierre vous ramènera à votre point de départ, ou prendre la droite et grimper au belvédère l’Observatoire, d’où le regard embrasse largement le parc national de la Mauricie. Cinq cents mètres plus loin, vous traverserez le lac des Sorcières, un étang à castors qui a transformé le paysage en lui donnant une touche lugubre. N’hésitez pas trop longtemps sur la direction : les deux sentiers se complètent à merveille ! Boucles de 2 km et 3 km. Total de 5 km.

Le sentier d’interprétation. Toujours à partir du stationnement, prenez soin de bien vous échauffer jusqu’à l’intersection G. En prenant l’embranchement de droite, une section de grimpe sollicitera tous vos muscles. Besoin d’une petite pause ? Le belvédère Mongrain, à mi-chemin, offre une percée sur le lac du même nom. Profitez de nombreux points de vue sur le plateau vous menant jusqu’au point O puis, à partir de cet endroit, soyez attentif, car c’est par terre qu’on regardera si on veut effectuer sans tomber cette descente toute en roches et en racines. Boucle de 5,5 km.

La chute du Diable. Vous aurez le diable aux trousses sur ce sentier plutôt technique qui donne son nom à l’événement qu’il accueille et qui forme un bel amalgame de conditions convenant à tous les goûts. C’est dans le sens horaire que sont les véritables défis. Droit devant à l’intersection G, vous n’aurez d’autre choix que d’aborder l’ascension soutenue jusqu’au sommet : 2 km de pur plaisir ! Vous ne vous plaindrez pas d’avoir fait un crochet qui vous fera parvenir à l’abri en bordure de la chute ; en été, on s’y assoit dans la rivière pour se rafraîchir. La section allant des points M à O suit une crête qui traverse une superbe pinède. Le sentier se termine sur près de 3 km de descente récompense, où rien ne vous empêchera d’ouvrir la machine. Boucle de 10 km.